Rechercher

Conversation avec ton corps / 24

J’ai tant oublié que je sais, J’ai tant oublié que je suis, J’ai tant oublié le danseur, J’ai tant oublié les étoiles. Tous vous êtes, depuis des temps immémoriaux, coincés dans ma nuit. Toi Monde, tu t’ébroues et te colores de mes réalités subjectives, de clairs de lune si délicats que les brins d’herbe se parent de larmes pour te dire bonjour. Au fond, peut être est-ce ça vivre, oublier que l’on sait, ré-apprendre, sentir, ressentir, y croire vraiment, recommencer, rouler cheveux au vent le long des plages sauvages, le long de ta peau salée… et m’endormir heureux à l’ombre des fleurs blanches. Peut-être est ce ça vivre, boire un café au comptoir et dire bonjour au vent qui caresse le quart

Conversation avec ton corps / 23

Es-tu flocon, eau, vapeur ? Plonge au sol, offre toi à cette pluie qui se déverse sur ton corps absent de toi, remplis-moi, vois comme cette vibration monte du sol, traverse les murs, remplit les espaces, vois au travers des illusions, vois au travers des mots, des musiques, vois au travers des choses, des âmes, vois que tout, oui tout, est Amour, rien ne peut s’en extraire, conscience et énergie forment ce qui est, partout en tout temps et tout lieu de l’espace et des temps, rien d’autre n’existe, même rien est en trop. Mais, est en trop, la verticalité et l’horizontalité sont en trop, les hiérarchies, classifications, sont en trop, le désir est en trop, la peur est en trop, mais l’amour le

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now